Aller au menu Aller au contenu
Grenoble INP
La planète vous appartient
Informatique et Mathématiques appliquées
La planète vous appartient

Troisième année à Londres

Mis à jour le 27 mai 2014
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

Étudiant en troisième année dans la filière Ingénierie Financière, je suis mes cours à l'Imperial College à Londres.

img12.jpg

img12.jpg

Bonjour Ara, peux-tu te présenter s'il te plait ?
Bien sûr, je m'appelle donc Ara, je suis étudiant en troisième année à l'ENSIMAG dans la filière Ingénierie Financière, mais je suis mes cours au sein de l'Imperial College à Londres dans le cadre du désormais célèbre accord d'échange Erasmus.


Et peux-tu nous dire en quoi ce parcours est original ?
En fait, le service des Relations Internationales de l'ENSIMAG m'a demandé de faire un petit témoignage, car en plus d'être aujourd'hui à Londres, j'ai eu le plaisir de faire une année de césure entre ma 2e et ma 3e année également à l'étranger. En effet, j'ai passé un an en stage au sein du département de risque de crédit de Calyon Americas (ex-Crédit Lyonnais) à New York. Donc même si les départs durant la troisième année sont nombreux, mon cumul méritait apparemment cette petite page...

Pourquoi ces choix ? Pourquoi vouloir absolument quitter la France ?
Ce n'est aucunement une envie de quitter la France, mais je crois que les séjours à l'étranger durant un cursus universitaire sont aussi importants que le cursus en lui-même. On apprend et on découvre tellement de choses en allant vivre pendant une période de 6 mois ou un an dans un nouveau pays qu'il est maintenant pour moi presque inconcevable de ne pas être parti. Effectivement, il n'est jamais facile de quitter sa vie, ses amis, sa famille. Mais pour être franc l'effort et la motivation que requiert un départ sont déjà pour beaucoup dans ce que ce départ apporte.

Explique nous un peu alors ? Commençons par les États-Unis...
Et bien en fait, disons que le départ à New York ne faisait pas du tout partie de mes projets. Je voulais partir dans le cadre d'un échange, ça c'est certain, mais je n'avais jamais envisagé la possibilité d'une année de césure à l'étranger. Un soir, en rentrant chez moi, je suis allé visiter par hasard quelques sites Internet de stages et VIE. C'est ainsi que j'ai postulé et ensuite, tout est allé très vite. Dans l'espace de trois semaines, j'avais passé les entretiens à Paris auprès des ressources humaines et on m'avait accepté.

Bon et comment ça c'est passé ?
Sur place, tout s'est déroulé parfaitement. Depuis l'accueil sur mon lieu de stage, jusqu'au contenu en lui-même, en passant par mes collègues et les nombreuses personnes que j'ai rencontré là-bas, tous ont laissé un pareil souvenir dans ma tête. En plus, cette année a été une occasion exceptionnelle de découvrir tout le continent nord-américain, d'apprendre l'anglais et de faire des rencontres inoubliables.

Et Londres alors ? Qu'est-ce qui t'a poussé à choisir cette destination ?
En fait, disons que Londres, mais surtout l'Imperial College, répondait exactement à ce que je voulais faire en intégrant l'ENSIMAG, à savoir de la modélisation et de la gestion de produits et risques financiers mais en étant de plus à Londres et me permettant de continuer à voyager. Et je ne le regrette absolument pas, depuis que je suis ici, je tombe tous les jours de plus en plus sous les charmes de cette ville. De plus, cet échange me permet de découvrir le système universitaire anglo-saxon, qui est bien différent du nôtre mais tout aussi intéressant.

Et d'un point de vue plus pratique, peux-tu nous parler des détails plus techniques comme le financement, le logement, etc. ?
En fait, je ne vais pas m'attarder sur les formalités pour New York car tout, mais alors absolument tout, est pris en charge par la banque et très sincèrement, on ne peut rêver de meilleures conditions de départ. Le seul côté un peu pénible est l'attente de visa qui peut durer très longtemps avec les États-Unis. Mais sans cela, le départ dans le cadre d'un stage long ou d'un VIE est LA solution pour voyager car elle ne demande aucun financement et permet même de gagner un peu d'argent.
Pour Londres ensuite, là il faut faire quelques demandes mais tout se passe aussi très bien car la Région Rhône-Alpes est l'une des plus actives dans le domaine des études à l'étranger et permet donc d'obtenir une bourse très intéressante ; de plus, les conditions de départ dans le cadre d'Erasmus facilitent l'obtention d'un logement étudiant mais aussi d'une petite bourse d'aide durant le séjour (malheureusement non cumulable avec la bourse Rhône-Alpes).

Le mot de la fin...
J'encouragerai vraiment tout le monde à partir... L'expérience qu'on acquiert durant ce genre d'expérience ne s'enseigne pas mais est pourtant exceptionnellement enrichissante. Et en plus, une fois qu'on y a pris goût, c'est dur de s'arrêter. Vous voulez un exemple, je cherche mon stage de fin d'étude à Hong Kong...

Propos recueillis par Ara Tachdjian
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

Rédigé par Patrice Uvietta

mise à jour le 27 mai 2014

Pour en savoir plus

Tous les détails
sur le site des
relations
internationales
Communauté Université Grenoble Alpes
×
Afin d'améliorer la qualité de ce site et le service rendu à l'utilisateur, nous utilisons des cookies de mesure d’audience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à cette fin. Pour en savoir plus