Aller au menu Aller au contenu
Grenoble INP
Chercher, innover, créer
Informatique et Mathématiques appliquées
Chercher, innover, créer

Alain Colmerauer, première promo Ensimag 1963

Publié le 17 mai 2017
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo
12 mai 2017

C'est avec une grande tristesse que nous avons appris le décès d’Alain Colmerauer, à Marseille, le vendredi 12 mai 2017. Alain Colmerauer était un ancien de l’Imag, devenu une personnalité scientifique de premier plan par le rayonnement international de l’œuvre majeure de sa recherche, le langage Prolog.

Colmerauer 2.jpg

Colmerauer 2.jpg

Alain Colmerauer était un élève de la première promotion de l’Ensimag, diplômée en 1963. Il a débuté sa recherche au Laboratoire de Calcul de l’Université de Grenoble, l'ancêtre du LIG. Dans sa thèse, soutenue en 1967, il développait les bases théoriques d'une méthode d'analyse syntaxique. Puis, pendant son séjour de deux ans à l'Université de Montréal, c'est en imaginant une utilisation originale des grammaires à deux niveaux (les "W-grammaires"), qu'il a établi les bases embryonnaires de ce qui allait devenir Prolog.


De retour en France en 1970, il accomplit ensuite toute sa carrière à l'Université de Marseille, où il devient professeur. C'est là, au Laboratoire d'Intelligence Artificielle du campus de Luminy, qu'il forme avec détermination une petite équipe de jeunes doctorants, puis d'enseignants-chercheurs, pour développer la PROgrammation en LOGique. Sous sa direction, c’est ce petit groupe qui a élaboré les fondements théoriques de cette approche originale de la programmation, puis conçu et mis en œuvre les versions successives du langage qui allait connaître un succès international et être la source d’un courant de recherche fertile : Prolog I, Prolog II, puis Prolog III où les contraintes linéaires venaient rejoindre la logique.


Alain Colmerauer a toujours été un esprit original. Il se défiait de tout ce qui peut ressembler à une pensée unique, et n'hésitait pas à exprimer des idées parfois iconoclastes, mais souvent fécondes. Il croyait à ce qu’il faisait, et sa ténacité lui a souvent été utile face à quelques difficultés institutionnelles et à l'incrédulité de collègues plus installés que lui dans les modes scientifiques. Pour ceux qui l'ont bien connu pendant de longues années, Alain était un ami solide.

Merci à Philippe Jorrand d'avoir partagé ses souvenirs et ses mots pour nous parler d'Alain Colmerauer.


A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

Rédigé par Florane Morat

mise à jour le 22 mai 2017

Communauté Université Grenoble Alpes
×
Afin d'améliorer la qualité de ce site et le service rendu à l'utilisateur, nous utilisons des cookies de mesure d’audience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à cette fin. Pour en savoir plus