Aller au menu Aller au contenu
Grenoble INP
La généraliste du numérique
Informatique et Mathématiques appliquées
La généraliste du numérique

Céline VIDAL, Ensimag 2006

Biomathématicienne à bioMérieux Grenoble

Mis à jour le 23 février 2017
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

Les mathématiques au service de la biologie

Cécile Vidal.png

Cécile Vidal.png

Le choix de la filière santé

Curieuse de connaître diverses applications des mathématiques en entreprise et intéressée par le domaine de la santé, j’ai choisi en 3ème année la filière  « ingénierie pour la santé et le médicament », option MIMB (Modèles et Instruments en Médecine et Biologie). 

J’ai effectué mon stage de fin d’études à l’institut Pasteur à Paris, ce qui m’a permis d’approfondir mes connaissances en modélisation : je devais modéliser la transmission de l’infection au papillomavirus (responsable du cancer du col de l’utérus) ainsi que la progression éventuelle de la maladie, afin d’évaluer l’impact des différents vaccins (ils ciblaient seulement certains types de ce virus).Ce stage a conforté mon idée de travailler dans le domaine de la santé où les sujets de travail sont vraiment intéressants et concrets. Par contre, je n’ai pas voulu démarrer ma carrière dans le domaine de la recherche et effectuer une thèse, car je préférais intégrer directement une entreprise après mon diplôme.

Travailler et se former

J’ai rapidement trouvé un emploi à Lyon dans l’entreprise bioMérieux pour un CDD de 18 mois, et découvert le domaine du diagnostic in vitro. J’ai été formée aux bases du diagnostic et aux approches statistiques associées. Intégrée à différents projets, mon travail consistait à analyser des données biologiques et à communiquer les résultats aux biologistes ou à plusieurs membres des équipes projets. 

J’ai ensuite signé un CDI à bioMérieux pour travailler sur le site de Grenoble. Chaque site ayant des domaines d’activités propres, je me suis formée aux bases de la biologie moléculaire. Mon travail comprend toujours des analyses statistiques,mais également des activités concernant le développement de « moteurs de calculs ». Ceci consiste à trouver des modèles mathématiques qui permettent d’interpréter les signaux émis par les instruments et rendre un résultat au client de façon automatique. 

J’ai dernièrement pu travailler de nouveau sur des activités de modélisation, dans le but de mieux  comprendre le fonctionnement de nos systèmes, l’impact de leurs sources de variabilité et être capable de simuler des expériences.

Quelques détails sur mon métier

Un grand intérêt de ce métier (ainsi qu’une de ses difficultés) consiste à travailler avec des personnes de compétences variées, comme des biologistes avec qui nous devons essayer de trouver un langage commun. Nous devons en effet comprendre leur problématique afin de construire avec eux un protocole d’expériences, puis être capable de leur restituer de façon claire et compréhensible les résultats des analyses de données.

Depuis quelques années, j’encadre régulièrement des stagiaires, qui me permettent d’approfondir un sujet pendant plusieurs mois, chose qui nous est souvent difficile étant impliquée dans plusieurs projets en parallèle. J’encadre également un groupe de travail composé de collègues biomathématiciens afin de monter en compétences sur un sujet précis. Ces activités d’encadrement sont intéressantes car elles me permettent de développer de nouvelles compétences organisationnelles, de structurer les activités afin de les faire avancer au mieux.

Choisir sa voie

Travailler dans un environnement pluridisciplinaire me semble vraiment très enrichissant. Je pense qu’il est très important de travailler dans un domaine qui nous intéresse et le stage de fin d’étude est une belle opportunité pour en approfondir un. Pour cela, n’hésitez pas à chercher un stage vraiment enrichissant en France ou à l’étranger. Il faut profiter de cette expérience pour échanger avec plusieurs employés afin de comprendre leur quotidien et à quoi correspond leur travail. Ceci permet de mieux appréhender certains types de postes, et de voir leurs évolutions possibles. 

Je pense qu’il est important pour rester motivé dans son travail d’apprendre régulièrement, afin de développer de nouvelles compétences, tant sur le plan technique et scientifique qu’organisationnel et relationnel. Dans un milieu pluridisciplinaire en évolution très rapide, les compétences comportementales sont aussi importantes que les compétences techniques. Le comportement permet souvent de faire la différence lors d’un recrutement, et reste régulièrement évalué.

La formation ENSIMAG est bien adaptée pour entrer dans le domaine médical, où des compétences à la fois en mathématiques et informatiques sont recherchées. Selon les postes, des profils plus orientés mathématiques ou plus orientés informatiques peuvent être souhaités. 

Il ne reste plus qu’à vous lancer !


A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

Rédigé par Florane Morat

mise à jour le 23 février 2017

Communauté Université Grenoble Alpes
×
Afin d'améliorer la qualité de ce site et le service rendu à l'utilisateur, nous utilisons des cookies de mesure d’audience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à cette fin. Pour en savoir plus